fbpx

Prenons de la hauteur pour une expérience à couper le souffle, sur le toit d’une éolienne, à 90m au-dessus du sol !

Direction La Gacilly, dans un des parcs éoliens les plus puissants de Bretagne. Pas moins de 11 éoliennes y sont implantées et délivrent une puissance de 33 mégawatt !

C’est avec Christophe, membre de l’équipe d’exploitation Ouest Engie Green que je vous emmène découvrir l’envers du décor. Une aventure qui va me demander bien des efforts compte tenu de ma tendance au vertige…

Avec Christophe, fermement attachés à 90 mètres du sol !

Naissance des éoliennes

La forme la plus ancienne de l’éolienne est le moulin à vent, apparu en Perse dès 620, suivi de la pompe à vent au IXème siècle. Aujourd’hui, associés à une pompe à eau, ils servent généralement à drainer et assécher des zones humides, irriguer des zones sèches ou abreuver les animaux des élevages.

C’est en 1890 que la première éolienne « industrielle » génératrice d’électricité apparaît. Trois éoliennes expérimentales sont installées en France en 1955 pour le compte d’EDF.

Il faudra attendre les années 70 et le premier choc pétrolier pour que la technologie se développe, principalement au Danemark dans un premier temps.

Les éoliennes en France

A la mi 2019, plus de 8000 éoliennes terrestres étaient installées sur le territoire français, réparties sur 1855 parcs. Soit 16 gigawatt installés en France qui permettent de couvrir près de 6% de notre consommation électrique. Nous sommes ainsi au 4ème rang européen et au 7ème rang mondial. La Bretagne est quant à elle au 5ème rang français.

Afin de répondre aux objectifs de la transition énergétique, il faudrait porter à 40 % la part des énergies renouvelables en 2030, c’est-à-dire provenant du soleil, vent et marée. En 2019, elles couvraient près de 20% de la fourniture d’énergie.

Un bon début pour aller vers une énergie plus saine !

Comment fonctionne une éolienne ?

Prenez un mât de 50m à 110m pour aller chercher le vent où il se trouve, c’est-à-dire en hauteur. Montez-y une nacelle qui abrite les composants mécaniques, pneumatiques, électriques, électroniques nécessaires au fonctionnement de la machine. D’ailleurs, elle peut tourner pour orienter la machine dans la bonne direction. Fixez-y un rotor composé du nez de l’éolienne et de ses pales (trois en général), qui sera entraîné par l’énergie du vent.

Le saviez-vous ? Il suffit d’un vent entre 8 et 10 km/h pour faire démarrer une éolienne mais elle s’arrête automatiquement lorsque le vent dépasse 90km/h. La vitesse optimale étant de 50km/h.

Quant à la forme des pales, elle a été étudiée pour réduire un maximum les nuisances sonores. Résultat ? Elle est inspirée des ailes de hiboux. On vous explique tout dans la vidéo !

Comment le vent peut-il fabriquer de l’électricité ?

C’est toute une chaîne de modules qui transforme l’énergie du vent en électricité.

Le vent souffle sur les pales qui entraînent un multiplicateur permettant d’augmenter la vitesse de rotation afin de faire tourner une génératrice qui transforme l’énergie mécanique du vent en énergie électrique. Cette dernière est alors transportée dans les lignes à moyenne tension du réseau après passage dans un alternateur.

Pour mieux visualiser les choses, montez avec moi en haut d’une éolienne. Et contrairement aux phares, vous n’aurez pas à gravir les nombreuses marches, il y a un ascenseur… C’est qu’elles sont modernes ces installations !

A quoi s’attendre dans l’avenir ?

Les parcs éoliens sont en pleine expansion avec la transition énergétique. De manière générale, les énergies renouvelables (provenant du soleil, du vent et de l’eau) sont indispensables pour répondre à nos besoins exponentiels en électricité correspondant à notre mode de consommation actuel.

D’ailleurs, avant même de penser énergies, n’oubliez pas de réfléchir aux éco-gestes que vous pourriez mettre en place et à votre manière de consommer.

Aller, venez profiter de la vue bretonne, en vidéo…

massa facilisis at consectetur eleifend luctus eget