fbpx
INITIATIVES LOCALES

LE SAVOIR-FAIRE D’UN CHAUMIER

A l’Ecomusée de Saint-Dégan, à Brec’h dans le Morbihan, j’ai rencontré un chaumier ! Il partage avec moi son savoir-faire lors de la restauration d’une authentique chaumière du XVIème siècle.

Enfant ou adulte, nous avons tous été fasciné un jour par une maison à toit en chaume. Elles émerveillent, même dans les contes populaires. Rappelez-vous, Blanche Neige, par exemple, vivait dans une chaumière ! 

Sean, chaumier passionné

Je vous propose de monter carrément sur le toit d’une maison en cours de restauration à la rencontre d’un chaumeur ? Chaumiste ? Ah non, pardon, c’est chaumier ! Un sacré défi pour moi, j’ai le vertige sur un tabouret… 

Sean est en cours de restauration, de manière totalement traditionnelle, des toitures de deux chaumières de l’Ecomusée de Saint-Dégan. Pas de visseuse, pas de fil inox, seules les techniques anciennes sont utilisées comme, par exemple, deux grosses aiguilles (un mâle et une femelle) pour resserrer la paille avec un fil de fer. Une manipulation qui demande dextérité et précision. 

Si certains apprennent sur le tas, c’est sur le toit qu’il a appris son métier. Une reconversion étonnante après une carrière de prof de patinage artistique à Nantes. Un grand besoin de retourner aux sources, à la campagne et près de la mer mais surtout d’avoir un métier plus en accord avec ses convictions et sa sensibilité à l’environnement

Aujourd’hui, ils sont une dizaine d’artisans chaumiers morbihannais. Un métier ancestral qui attire de plus en plus. 

Les techniques de base pour être un bon chaumier

Habituellement, Sean travaille avec du roseau qui provient à 80% du marais de Pomper à Baden qu’il entretient depuis maintenant plus de 15 ans. Le reste de la matière première est issu du site du Champ des martyrs à Brec’h. La coupe a lieu en décembre et janvier. 

Pourquoi le roseau ? Il dure entre 35 à 40 ans et est reconnu isolant thermique et phonique à partir d’une épaisseur de 38cm. Sur le chantier de l’Ecomusée, c’est de la paille de seigle qui est utilisée afin de restaurer le patrimoine à l’identique. 

Ce type de toit demande un suivi et un entretien régulier mais toutefois modéré pour conserver l’ensemble de ses qualités et propriété. Retapage, remaniage, repiquage, démoussage et parfois réparations accompagnent la vie d’une chaumière. 

Cette technique ne génère aucun déchet. La paille abîmée est retirée des toitures puis broyée pour être utilisée comme isolant, paillage pour les potagers, litière pour les vaches ou sert pour du lisier. 

L’Ecomusée de Saint-Dégan

Visiter l’Ecomusée de Saint-Dégan, c’est faire un voyage dans le temps. Découvrez le pays d’Auray d’autrefois avec ses maisons rurales meublées telles que la chaumière du XVIIe siècle où cohabitaient famille et animaux ou la longère du XIXe siècle avec ses dépendances.

Grâce à cette balade, découvrez aussi le quotidien, les activités, fêtes et coutumes de nos anciens ainsi que leur lien étroit avec la nature sans oublier les grands évènements de la vie du village. 

Une sortie à faire en famille pour le plus grand bonheur de tous !  

Rendez-vous par ici et retrouvez toutes les infos pour découvrir cette belle région.

Remerciements : 

efficitur. ut commodo felis elit. sed luctus