fbpx
AVEC LE CONSERVATOIRE DU LITTORAL

AVENTURES LITTORALES

Dans cette web-série réalisée en partenariat avec le Conservatoire du Littoral, je pars à la rencontre des gardes du littoral qui œuvrent au quotidien, et avec passion, pour préserver notre patrimoine naturel.

Bienvenue dans mon tour de France à la rencontre des agents du littoral qui vont partager avec nous leur engagement pour la préservation des sites naturels. Direction…

  • Le Pays Basque où Maïder est en charge de l’accueil des groupes scolaires au sein du Domaine d’Abbadia sur la commune d’Hendaye. 
  • La Normandie, sur la presqu’île de La Hague, avec Christelle, passionnée par les animaux et l’environnement.
  • Les Bouches du Rhône et les tortues de l’étang de Berre.


AU PAYS BASQUE

Le Domaine d’Abbadia

Le Domaine d’Abbadia à Hendaye est un site naturel protégé de 65 hectares et 80 millions d’années d’histoire. Il appartient au conservatoire du littoral et est classé Espace Naturel Sensible

L’objectif sur ce site est d’allier accueil du public et protection d’un environnement à la grande richesse paysagère et écologique : falaises découpées, landes, prairies, bosquets, verger de conservation de variétés anciennes et locales… Une réserve biologique et géologique précieuse. 

Le métier d’animatrice nature

Partons à la rencontre de Maïder, animatrice nature. Elle reçoit les demandes des enseignants et leur propose des animations en lien avec les thèmes qu’ils souhaitent traiter avec leurs élèves. Le jour J, elle accueille les scolaires et mène l’animation qu’elle aura créé de A à Z avec ses collègues.  

Aujourd’hui, elle propose une lecture de paysage à une classe de CP/CE1 du Béarn. Ils devront distinguer les éléments caractéristiques du paysage. Qu’est-ce qui est naturel et ne l’est pas ? Le jeu est alors d’imaginer ce qu’était le paysage à l’origine. Les enfants peuvent ainsi prendre conscience de la manière dont l’Homme modifie la nature et son environnement puis quelle est son empreinte

Sensibiliser les plus jeunes

Pour sensibiliser le public à la nature, il existe une boîte à outils secrète… On y trouve, par exemple, une parabole pour accentuer les sons. Idéale pour écouter les chants des oiseaux. Effet garanti si, en plus, vous vous bandez les yeux ! 

L’observation est une des clés principales pour se former. A ses débuts, Maïder a beaucoup appris de ses collègues expérimentés. C’est ainsi qu’elle a acquis les techniques d’animation

Il faut toutefois posséder une qualité indispensable, l’adaptabilité. En effet, chaque intervention est différente. Et si j’ai la tête farcie des cris des enfants en fin de journée, mon hôte est fraîche comme un gardon ! Regardez son sourire et vous comprendrez comme elle prend plaisir à sensibiliser à la préservation de notre patrimoine naturel.

Remerciements :

  • Maïder et ses collègues du domaine d’Abbadia
  • La municipalité d’Hendaye
  • Gaëlle Moreau

EN NORMANDIE

La presqu’île de La Hague

Sur la presqu’île de La Hague, l’agriculture est assez présente avec des espaces naturels comme de la falaise, des dunes, des côtes basses rocheuses. Ainsi, les agriculteurs et le conservatoire du littoral travaillent main dans la main pour préserver cet environnement

Christelle est agent du littoral, missionnée par le conservatoire du littoral. Allons à sa rencontre et découvrons son quotidien.  

Les agriculteurs partenaires du conservatoire du littoral

Une des premières missions de Christelle est de gérer les relations avec les exploitants des terrains qui appartiennent au conservatoire du littoral. En effet, lorsqu’ils sont agricoles, ils sont loués à des agriculteurs qui doivent respecter un cahier des charges précis.

Une grande mission m’attend… accompagner la transhumance d’une quinzaine de boucs d’une parcelle à une autre, en pick-up. On se croirait presque dans un ranch où je me verrais bien en cow-boy !

Un métier passion

Au total, ce sont 130 chèvres, 25 moutons, 4 ânes et quelques poneys qui occupent le territoire pour entretenir la lande de façon durable. De quoi faire plaisir à Christelle, attirée par les animaux et le travail extérieur depuis toujours. 

Elle s’occupe aussi des aménagements, de la surveillance et des animations nature. Une diversité qui lui permet d’être au plus proche de la nature au quotidien. Ses passions ? L’élevage et l’environnement. A croire que ce métier était fait pour elle ! 

Remerciements : 

  • Christelle et ses collègues
  • Le SyMEL
  • Gaëlle Moreau

DANS LES BOUCHES DU RHONE

Le Parc de la Poudrerie, à Miramas

Direction les Bouches du Rhône, à l’ouest de Marseille, sur les rives de l’étang de Berre pour une journée aux côtés de Joël. Sa mission ? Faire du suivi naturaliste autour d’une espèce de tortues aquatiques

Les enjeux liés aux espèces invasives

Ce sont les pieds dans l’eau que nous retrouvons Joël. Il installe des pièges à tortues. Des filets qu’elles longent et qui les conduisent tout en douceur dans des nasses. 

L’étang de Berre est confronté à une problématique particulière. Deux espèces de tortues sont présentes et sont entrées en compétition. La tortue de Floride, invasive, et la tortue Cistude d’Europe, la locale. La première empiète sur le territoire de la seconde pour son espace d’ensoleillement et sa nourriture. Si le phénomène n’est pas régulé, la tortue cistude pourrait disparaître de cette zone. 

Pourquoi capturer les tortues ? 

La capture des tortues permet de les équiper d’un système radio afin de les localiser et de les étudier. Aussi, elle permet d’attraper les tortues de Floride pour les déplacer. Non, elles ne sont pas renvoyées dans leur pays ! Elles sont tout simplement isolées dans un bassin dédié afin qu’elles continuent de vivre sans impacter la cistude d’Europe qui, elle, est dans son milieu naturel. 

Comme moi, Joël aime utiliser les caméras. Lui, c’est pour explorer la faune à plumes et à poils notamment la nuit. Les pièges photo capturent l’instant grâce à un déclenchement au passage de l’animal. Une technique qui lui réserve toujours de belles surprises !

Les zones humides indispensables face à l’artificialisation des sols

Ce que Joël aime dans son métier ? 

Pouvoir participer à la préservation d’un espace naturel surtout que les zones humides sont très importantes, elles ont un rôle écologique par rapport à l’artificialisation des sols. Une zone géographique particulièrement concernée puisque les rives de l’étang de Berre ont subi depuis le début du XXe siècle une industrialisation et une urbanisation marquées, au détriment des espaces naturels et des terres agricoles.

Remerciements :


Une web-série réalisée en partenariat avec le

ultricies consequat. dapibus porta. velit, facilisis commodo tempus sem, venenatis eget vulputate,